Gender matrix

2018/2020…

Prolongement du travail in situ sur le sable

Interprétation  libre de « Le Banquet » de Platon

Ce texte propose une genèse du genre si différente de la mythologie d’Adam et Eve -thématique abordée dans mon travail sur le sable- que je souhaite l’aborder de façon personnelle et poser la question du genre avec une approche particulière intégrant des corps coupés, recomposés, séparés à jamais n’ayant qu’une aspiration : se retrouver.

La vision d’Aristophane, dans sa naïveté apparente, entraîne des mouvements, des rythmes, des évocations et un rapport au corps sexué spécifiques évacuant l’aspect judéochrétien dans son paganisme hellénique.

A ce jour j’ai réalisé une série de peintures sur papier, j’ai écrit des textes que j’anime dans un travail vidéo et j’ai commencé  une série de grands dessins évocateurs du couple. Une scénographie se profile mêlant vidéos, peintures et dessins dans un espace symbolique.

 

6web

                                                                            H&H

                                                                          90 x 90 cm technique mixte encre et huile 

 

1web

H&F

                                                                      90 x 90 cm technique mixte encre et huile 

 

9web

F&F

                                                                          90 x 90 cm technique mixte encre et huile

 

10web

F&F S

                                                                        90 x 90 cm technique mixte encre et huile

 

 

66web

Dessins sur papier encre, fusain, huile 90x 50cm

56web

 

 

3web

 

 

10

 

 

gender matrix 1

 

 

D’unis à séparés, de un à deux

 

Entrer dans l’autre, nécessité absolue, briser la ligne, créer une ligne avec deux traits, créer une ligne faite de deux masses, oublier la matière parce que la transcender, oublier la frontière de l’autre parce que l’avoir franchie. Intérieur, extérieur, il n’y a plus d’intérieur, extérieur. La pénétration est nécessaire au-delà du plaisir, nécessité de l’unité oubliée. Où est la raison ? Où est la logique ? Nous sommes beaucoup plus loin, nous sommes dans ce qui est primordial, nous sommes dans ce qui est initial, nous sommes au-delà de la morale. La cellule est vie, elle est aussi amour. La projection d’Aristophane nous entraîne dans le voyage d’un inconscient libre qui justifie ce qui n’a pas besoin d’être justifié : le rapport à la chair, le rapport à la création, le rapport à l’identité charnelle, et le rapport indispensable à l’autre qui est simultanément un nous-même oublié.

Reyna Août 2019